11 mars 2011

Sains et saufs

Les enfants ont un eu peur. Etini m'a sauté au cou quand elle m'a vu à la sortie de l'école et Maelis avait l'air soulagée de me voir. Voir sa maman, c'est enfin un reprère fixe quant tout vacille ! 

On a beaucoup parlé, je leur ai dit que j'avais eu peur aussi (j'étais au 9 ème étage de Bell Commons à Aoyama, au centre de Tokyo, dans l'arrondissement de Minato-ku ), ça a vraiment secoué. J'ai trouvé le temps interminable, surtout que ça allait crescendo, et que à un moment j'ai envisagé le pire.

A une seconde près, j'étais dans l'ascenceur ...une américaine qui était appuyée contre le mur a senti les tout premiers tremblements et m'a dit de ne pas monter dedans. Merci à elle, sinon, j'aurais passé un mauvais quart d'heure. Par la fenêtre, je voyais l'autre building à côté se balancer d'au moins un mètre par rapport à son axe, c'était assez impressionnant. La peur montait, on commençait à entendre des cris de panique, les gens avaient l'air tous de plus en plus terrifiés. Tout le monde s'est accroupi, a cherché refuge sous les tables. Je suis restée dans l'encoignure vers les ascenseurs, en me souvenant qu'en Nouvelle Zelande, la seule partie restée debout de l'immeuble qui s'est effondré en faisant 20 morts était la colonne d'ascendeurs. Les secousses ont duré vraiment un temps qui m'a semblé interminable. Je pensait à Ho-il et aux enfants. Quand il y a eu un répit, j'ai essayé d'appeler Ho-il. Mes mains tremblaient. Aucun appel ne passait. On ne savait toujours pas quelle était la magnitude du séisme, mais on se doutait bien qu'on était pas loin du maximum.

On est descendu par l'escalier de secours, et une fois en bas, au début, les gens sont resté sans réaction. On restait au pied de l'immeuble, tout étonnés d'être à l'air libre ; ça m'a pris une ou deux minute avant de réaliser qu'il fallait bouger, prendre mon vélo, et aller chercher les filles. Pour la première fois, j'ai parlé à des inconnus dans la rue, tout le monde était effrayé et content de pouvoir partager sa peur et son soulagement.

Devant l'école, il y a deux répliques, assez fortes.  Le minibus de l'école tanguait sous l'effet des secousses. Les gens avaient l'air assez effrayés, mais pas paniqués. C'est là que j'ai appris que le séisme avait dépassé les 8 degrés. Un vieux mur autour d'une maison derrière l'école s'est écroulé. Mais mis à part ça, je n'ai pas vu de dégâts, pas de vitres brisées ou d'étagères renversées dans les Combini.

Le teléphone ne passe toujours pas, mais les e-mails marchent. L'eau fonctionne, c'est déjà ça. Il y a toujours beaucoup de petites répliques , heureusement beaucoup moins fortes que la première.

 

Merci à tous ceux qui ont pris de nos nouvelles en appelant chez les parents.

Posté par kellysmith à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Sains et saufs

Nouveau commentaire